Quelles précautions les assureurs prennent-ils face à la baisse des taux de rendement ?

Avec la baisse des taux, les crédits sont quasiment gratuits. Les assureurs, qui les achètent pour placer l’épargne, sont pénalisés par cette situation. En effet, leur modèle d’affaires s’en trouve complètement bouleversé. Quelles solutions les sociétés d’assurances adoptent-elles pour y remédier ? Quels sont les impacts sur les épargnants ?

[...]

La diversification s’impose dans un contexte décadent


Étant donné que le rendement réel risque de demeurer à zéro pendant une période indéfinie pour les fonds garantis d’assurance-vie, les épargnants ont tout intérêt à diversifier leurs contrats. D’ailleurs, la prime de risque est particulièrement attrayante. La performance des fonds boursiers l’an dernier a égalé celle de 20 ans de rendement sans risque.

En 2019, le support en unité de compte Afer-Sfer a affiché une hausse de 20,2 %. Pour sa part, Agipi a enregistré une progression de 31,80 % pour son fonds Actions Monde.

Concernant les contrats d’assurances-vie, les épargnants peuvent désormais choisir au-delà des options boursières. En effet, la majorité des assureurs proposent des investissements en parts de société immobilière et en parts de capital-investissement.

Pour améliorer sa performance annuelle avec un minimum de prise de risque, Meyer Azogui, qui préside le cabinet Cyrus, conseille la répartition suivante :

25 % sur le fonds en euros et 75 % en diversification et décorrélation…




Lire l'article dans son intégralité >>