Les fonds à formule, la nouvelle martingale


Il n’est pas rare que ces produits permettent un gain de 10 % ou plus par an.

Difficile d’y échapper si vous avez confié votre argent à un conseiller en gestion de patrimoine ou à une banque privée : les fonds dits « à formule », ou « structurés », occupent désormais une place de choix dans les offres aux particuliers. Chez Cyrus Conseil, une société de gestion de patrimoine haut de gamme, Meyer Azogui, son président, considère ainsi qu’il s’agit « d’une classe d’actifs à part entière ». Elle figure d’ailleurs dans des proportions sensibles dans la plupart des portefeuilles proposés aux clients.

Les produits aujourd’hui commercialisés sont dits « auto call »: si, à la date anniversaire du fonds, les marchés sont stables ou ont progressé, le produit est fermé et le capital, restitué à l’investisseur majoré d’un gain, souvent important, mais toujours connu à l’avance. En revanche, si les marchés ont baissé, il faut attendre un an de plus pour espérer atteindre l’objectif affiché. Dans ce cas, ce n’est pas un, mais autant de coupons que d’années écoulées depuis la souscription, qui sont versés en une fois.

Imaginons par exemple que la Bourse baisse pendant cinq ans et se reprenne fortement ensuite: le détenteur d’un fonds à formule ne touchera pas ses coupons pendant ces cinq années, mais une fois le niveau d’origine de la Bourse retrouvé, il recevra d’un coup son capital initial et les cinq coupons correspondant aux années où il n’a rien encaissé.

[...]

« Ces fonds à formules ne sont pas destinés à remplacer les fonds en euros des contrats d’assurance-vie, mais constituent au contraire une alternative aux actions », met en garde Meyer Azogui.

[...]

Lire l'article en entier >>

#investissement