Mille-feuille réglementaire : le mieux est l'ennemi du bien !


3 questions à... Meyer Azogui, Président du groupe Cyrus Conseil

SELON VOUS, QUELS SONT LES EFFETS PERVERS DU RENFORCEMENT DES RÉGLEMENTATIONS ?

En préambule, rappelons que les associations professionnelles, dont bien entendu l’APECI, militent depuis toujours pour la professionnalisation du métier de CGP - apporter une sécurité maximale aux épargnants est une de leurs préoccupations essentielles.

Mais il est indéniable qu’aujourd’hui, en partant d’une intention totalement louable - la défense des épargnants - le millefeuille législatif est allé trop loin, « le mieux est l’ennemi du bien » !

Nous sommes contraints de faire remplir à nos clients une multitude de documents censés les protéger mais qui, dans les faits, protège davantage les producteurs et les distributeurs.

Cette situation entraine 3 effets pervers principaux :

- La standardisation de l’offre de produits et le manque de personnalisation des stratégies. (au moment même où nous avons besoin de trouver des solutions innovantes et sécurisantes pour assurer un rendement net positif à nos clients)

- Un net recul de l’architecture ouverte, pourtant une des grandes avancées apportées aux clients par le développement des CGPE (E pour entrepreneurs)

- Et, le plus grave, le risque d’exclusion des épargnants les plus modestes du champ du conseil, qui pourraient ne plus recevoir le même niveau de service, compte tenu de la faiblesse des revenus dégagés pour un risque réglementaire identique à celui des clients les plus fortunés. (à l’image de ce qu’il s’est passé en Angleterre avec la mise en place de la RDR en 2013)

COMMENT ÉCHAPPER AUX EFFETS QUE VOUS ÉVOQUEZ ?

Tout d’abord en nous remettant en cause et en changeant notre façon de travailler. Ensuite en déployant plus de moyens, à tous les niveaux : humains, techniques et financiers. Humains pour apporter plus d’intelligence et de valeur ajoutée, techniques pour accélérer la digitalisation des opérations à faible valeur ajoutée et disposer d’une meilleure connaissance client (data complète et mise à jour automatiquement) et enfin financiers car tout cela coûte cher.

Ainsi, la recherche de taille critique devient indispensable ; elle va nécessiter des regroupements, qui pourront prendre différentes formes.

QUELLE STRATÉGIE CONCRÈTE PENSEZ-VOUS NÉCESSAIRE À METTRE EN PLACE ?

Investir dans les systèmes d’information en les dotant d’outils performants.

Privilégier une organisation transversale : La nouvelle expérience client doit passer par une nouvelle expérience des collaborateurs.

A titre d’exemple, chez Cyrus Conseil, nous avons développé des outils « maison » (nouvel intranet, réseau social interne, CRM sur mesure, développement d’une application dédiée à nos clients).

Voir sur www.apeci.fr >>

Voir sur Club Patrimoine >>

#gestiondepatrimoine