Les 6 recommandations de Cyrus pour protéger son épargne

Bourse, produits structurés, immobilier… Six recommandations de Meyer Azogui, président du groupe Cyrus, avec Marie-Christine Sonkin, rédactrice en chef Les Echos Patrimoine.



A court terme
  • Ne pas prendre de décision radicale

Meyer Azogui, président de Cyrus Conseil, recommande en tout cas de ne pas prendre de décisions radicales. « La crise n'est pas terminée. Il faut éviter deux types de réactions : celle qui consiste à dire je vends tout et, à l'inverse, celle qui consisterait à investir à tout va en voyant que certains titres valent aujourd'hui moins que leur actif net ou leur trésorerie. Il faut laisser passer un peu de temps… » Mais ça ne veut pas dire qu'il ne faut pas procéder à des arbitrages.

  • Dégager des liquidités

Meyer Azogui estime qu'il faut dès aujourd'hui se procurer des liquidités pour profiter des futures opportunités. Comment ? En soldant des positions sur des actifs qui ont pour l'instant peu souffert de la crise comme des fonds obligataires ou des fonds prudents. En ces périodes troublées « cash is king », affirme-t-il.

  • Profiter du confinement, pour réfléchir à son patrimoine

Sur le plan pratique, on peut profiter de cette période de confinement pour faire un état de son patrimoine, conseille Meyer Azogui. « C'est aussi l'occasion de se pencher sur son contrat de mariage ou la clause bénéficiaire de son contrat d'assurance-vie. »



A moyen terme
  • Revenir sur les actions en professionnel

« En schématisant, il existe trois grandes classes d'actifs, résume Meyer Azogui : les actions qui ont corrigé, les obligations qui n'ont pas beaucoup souffert - mais devraient pâtir de la crise économique et des défauts de paiement qui en découleront - et l'immobilier. Ce dernier actif peut aussi être impacté dans un deuxième temps si les taux montent et que les crédits sont distribués de façon plus parcimonieuse, mais il apparaît comme relativement résilient. » Dès lors, selon lui, le premier actif sur lequel il faudra revenir sera les actions, « il faudra alors être très réactif et réagir comme un institutionnel car les baisses ont été très brutales et les hausses peuvent l'être aussi ». Il lui paraît donc pertinent de confier ses fonds à des professionnels.

  • Etre opportuniste sur le private equity

Autre classe d'actif à surveiller pour le patron de Cyrus Conseil, le private equity. Pour lui, le millésime 2021 devrait être bon car les actifs seront achetés à des prix bien inférieurs à ceux des années précédentes. Attention en revanche aux fonds obligataires « corporate ». Le marché du crédit aux entreprises est désormais sous tension et les spreads (différentiels de taux avec les emprunts d'Etat) devraient grimper au rythme de l'augmentation des taux de défaut.


A long terme
  • Il faudra savoir prendre des risques

Pour une bonne gestion de patrimoine, le principe est « de transformer ses objectifs personnels en allocation stratégique, explique Meyer Azogui. Les sources de volatilité ne vont pas manquer. La diversification ne suffira pas, il faudra aussi investir dans des actifs décorrélés. Aujourd'hui, le risque n'est pas rémunéré à sa juste valeur. Il y aura à nouveau du rendement pour les investisseurs qui prendront des risques », conclut le président de Cyrus Conseil.