La fin du fonds euros ? Les 7 fonds diversifiés qui peuvent servir d’alternative


Les déclarations alarmistes de la part des compagnies d’assurance vis-à-vis du fonds euros se multiplient.

Generali a ouvert le feu avec des déclarations choc dans les Echos le 24 septembre dernier « Le monde du fonds euros roi est terminé » selon Jean-Laurent Granier, son PDG. De son côté, Sylvain Coriat, membre du comité exécutif d'Allianz France, pense que « le fonds euros est un vestige d'un passé révolu ». L'urgence est d'autant plus grande que la collecte en assurance-vie bat des records en 2019 et que les versements se dirigent principalement vers le fonds euros !

Le fonds euros n’a jamais été aussi successful

En effet, les dernières statistiques FFA indiquent une collecte depuis le début de l’année de 87 milliards € à fin juillet (contre 85 en 2018) avec une part des UC proche de 24% en 2019 (contre 30% sur la même période en 2018).

Dès le 10 septembre 2019, dans les colonnes de l’Argus de l’assurance, le Vice-Président de l’ACPR, Bernard Delas, tirait la sonnette d’alarme en déclarant qu’il fallait « renoncer aux produits en euros ». La réaction des compagnies ne s’est pas fait attendre. Allianz France a décidé de mettre des barrières à l'entrée pour décourager ces mouvements. Generali annonce une série de mesures : d'une part de baisser « très significativement » le rendement servi par ses fonds euros et d’autre part de ne plus commercialiser ses fonds euros France 2 et Euro Innovalia. Generali France va même plus loin en posant des barrières à l'entrée sur le fonds euros. « Il faudra être majoritairement en unités de compte sur la collecte et minoritairement en fonds euros », affirme Hugues Aubry, membre du comité exécutif, en charge du marché de l'épargne et de la gestion de patrimoine. Sur les nouveaux flux, l'assureur pense à mettre une contrainte de 60 % d'investissements en unités de compte. Il pense également à rétablir en 2020 des frais d'entrée sur les fonds euros !

Des déclarations alarmistes qui ne mettent pas assez l’accent sur les solutions

Les déclarations inquiétantes des assureurs sont rarement suivies de discours sur les solutions financières alternatives aux fonds euros. Pourtant, quels que soient les projets financiers, avoir un actif financier stable, performant et liquide est intéressant. Investir dans des actifs liquides obligataires ou monétaires n’est pas une solution durable dans le contexte actuel de taux négatifs (et avec un risque de hausse des taux non négligeable). Inversement, s’orienter vers des actifs risqués illiquides comme l’immobilier, les produits structurés ou encore le private equity a ses limites !

La solution d’un fonds diversifié peut être intéressante à condition que le fonds en question ait fait ses preuves à la fois dans les périodes de hausse des taux et à la fois en période de baisse des marchés actions. Ça tombe bien, nous avons rencontré plusieurs fois ce type de configuration récemment (été 2015, début 2016, fin 2018, été 2019…).

En fixant toute une batterie de critères quantitatifs draconiens à la fois sur la performance (performance annualisée >2%), de volatilité maximum, de perte maximum, de track-record minimum, en euro, pour des fonds diversifiés accessibles au grand public … nous sommes passés de 4979 fonds dans la base Quantalys à 7 fonds uniquement répondant aux critères dont nous vous communiquons la liste ci-dessous :

Le fonds « Moyenne FFA » est un fonds euros générique, indicateur de référence présent sur Quantalys auquel nous avons ajouté les performances annuels communiqués par la Fédération Française de l’Assurance (FFA).

Attention, nous vous invitons à utiliser à volonté le moteur de recherche avancée Quantalys pour moduler vos propres critères et ainsi identifier les fonds qui correspondent le mieux à vos besoins et contraintes. En dégradant vos exigences sur les critères de volatilité et de perte max, vous pourrez avoir accès à des fonds diversifiés plus performants.

La version plus risquée pour des investisseurs plus offensifs

Les sociétés de gestion citées sont toutes des spécialistes de l’allocation et de la maitrise de risque. D’ailleurs, les 7 fonds listés précédemment possèdent des déclinaisons plus risquées adaptées aux clients plus offensifs.

A noter que les performances passées ne présagent pas des performances futures ! D’où l’intérêt de sélectionner plusieurs fonds diversifiés et de ne pas mettre tous ses œufs dans un même panier. L’heure est, plus que jamais, à la diversification.