Bourse : que faire face à la baisse ?


Les marchés sont de plus en plus volatils. Une période difficile à traverser pour les épargnants. Quels sont les conseils de professionnels pour limiter les dégâts ?

Les signaux économiques et politiques du moment laissent perplexes les professionnels.

« Nous sommes très partagés, confie Jean-Philippe Muge, directeur des investissements d'Invest AM, société de gestion du Groupe Cyrus Conseil. D'un côté, les indicateurs sont globalement bons. La croissance américaine est toujours en phase d'expansion modérée. Idem pour l'Europe dans une moindre mesure. De l'autre, nous sommes confrontés à une guerre commerciale, au Brexit et au problème budgétaire italien. Ce dernier nous semble plus anecdotique. On devrait sortir de ce problème part le haut mais il peut durer un certain temps, ce qui a un impact très négatif en Europe. »

Pour lui, le problème de fond est la guerre commerciale. Elle oblige déjà certaines entreprises américaines à relever leurs prix du fait du renchérissement du coût des matières premières, aluminium et acier, en raison de la hausse des droits de douane.

En tout état de cause, les professionnels scrutent la politique américaine. « Dans le dernier livre Beige de la Fed qui rapporte le moral des entrepreneurs dans les Etats américains, on relève plus de 50 fois le terme de " guerre commerciale ". C'est dire à quel point elle est préoccupante ». Pour l'instant, nous subissons une correction. Se transformera-t-elle en crise ? Ce qui pourra faire basculer le marché dans un sens, ou dans l'autre c'est l'évolution macro-économique aux Etats-Unis, conditionnée par l'évolution de la guerre commerciale et un éventuel changement de majorité au congrès ».

Est-ce encore le moment de vendre ?

« Il me paraît pertinent de prendre des bénéfices sur certaines classes d'actifs qui sont très chères : les technos, les biens de consommation discrétionnaires, l'aéronautique et la défense, les small caps et le luxe, même si nous restons très positifs sur ce dernier secteur à moyen long terme. A l'inverse, certains secteurs sont sous-valorisés : énergie, valeurs bancaires, santé, construction et industrie ».

Peut-on recommencer à acheter certaines valeurs injustement sanctionnées ?

La prudence est de mise. « Si on peut prendre des bénéfices sur des titres dont la valorisation a été multipliée par deux ou trois sur les cinq dernières années, il est trop tôt pour acheter. Il faut attendre que le marché se calme, conseille Jean-Philippe Muge. On n'attrape pas un couteau qui tombe… Il est préférable de garder du cash pour le moment car la purge peut durer encore 3 jours comme un mois. Quand on sera revenu à plus de sérénité, on pourra envisager des achats dans les secteurs identifiés comme sous-valorisés ».

Extraits de l'article de Marie-Christine Sonkin (avec les citations de Jean-Philippe Muge, directeur des investissements d'Invest AM, société de gestion du Groupe Cyrus Conseil)

Pour lire la suite, cliquez ici >>

#Bourse