Bourse : pourquoi faut-il vendre en mai ?

May 6, 2019

 

Face au rally boursier enregistré depuis le début de l'année ne serait-il pas temps de prendre ses bénéfices ? La stratégie semble opportune, en ligne avec le fameux dicton boursier « Sell in may and go away ».

 

Le proverbe boursier « Sell in may and go away » serait-il d'actualité ? La question mérite d'être posée car, depuis le 1er janvier, on assiste à un  rally boursier hors norme, avec un CAC 40 qui n'a cessé de monter, affichant un gain cumulé de 18 %.

 

« Cet indice qui tutoie désormais les 5.600 points a plus qu'effacé les pertes enregistrées au dernier trimestre 2018 qui avoisinaient 15 % », souligne Bertrand Lamielle, directeur de la gestion chez B*capital, spécialiste de la bourse de BNP Paribas Banque Privée. « C'est le meilleur premier trimestre boursier depuis longtemps », relève Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d'investissement chez Pictet AM. Alors quelle tactique adopter aujourd'hui ? Faut-il prendre sans délai ses bénéfices ou, au contraire, se renforcer sur le marché actions ? Dans ce cas, quels secteurs privilégier ? Ne serait-il pas opportun d'attendre la prochaine correction de marché ?

 

 Un adage boursier parfois vérifié

 

Concernant l'adage boursier « Sell in may and go away », il se vérifie « deux fois sur trois », indique Patrick Ganansia, dirigeant et fondateur d'Herez, un cabinet de gestion de patrimoine. Stratégiste chez Aurel BGC, Tangi Le Liboux a élaboré un modèle comparant deux performances du CAC 40, l'une sur une année complète et l'autre avec une sortie du marché en mai et une entrée en octobre. Or ce dernier a remarqué que « le deuxième scénario a surperformé l'indice CAC 40 sur les périodes allant de 2002 à 2007 et de 2011 à 2017. En 2018, cette stratégie a eu un effet neutre pour cause de décrochage au dernier trimestre. »

 

En se référant aux tendances observées sur le long terme, il ressort également que les meilleurs mois boursiers s'échelonnent traditionnellement d'octobre à avril. On serait donc dans la fin de cette période faste. « Toutefois ces évolutions passées n'ont rien de systématiques et ne se reproduisent pas toujours. Il y a des exceptions, notamment des crises que l'on n'a pas vu venir et qui n'ont pas confirmé ces scénarios », nuance Bertrand Lamielle.

 

Facteurs d'incertitude
 

Même si depuis quatre mois la volatilité des marchés est faible, plusieurs paramètres bien identifiés pourraient d'ici peu secouer la Bourse. D'abord à court terme, les risques sont nombreux. Alors que l'on entre dans la période de publication des résultats trimestriels des entreprises, des déceptions pourraient survenir et affecter certaines valeurs. « Des sociétés ont pu être gênées fin 2018 et début 2019 dans leur activité en raison de la baisse de la consommation chinoise et/ou du ralentissement du commerce mondial. Leurs prévisions de résultats pourraient être révisées à la baisse et leurs marges pourraient se dégrader », avance Frédéric Rollin.

 

Ensuite, les résultats des élections européennes qui se tiendront sur le Vieux Continent du 23 au 26 mai pourraient agiter les marchés, notamment en cas de montée du populisme. A moyen terme, d'autres éléments (géo)politiques seraient susceptibles de générer des turbulences. Publiée fin avril, une note de conjoncture d'Edmond de Rothschild AM indique que « la perspective d'un accord a minima entre la Chine et les Etats-Unis » pourrait relancer les tensions et être à nouveau source d'inquiétude. Quant aux tensions commerciales entre les Etats-Unis et l'Europe, elles pourraient s'accroître. Sans oublier... l'impasse concernant le Brexit.

 

Stock picking séléctif

 

En vue du ralentissement économique, « nous délaissons les petites et moyennes capitalisations pas assez liquides et susceptibles de souffrir de cette baisse de régime au profit des grandes valeurs de qualité capables de tenir le choc en cas d'agitation », précise Kévin Baslame, allocataire d'actifs chez Cyrus Conseil. Dans un marché cher, les acheteurs adoptent aussi une stratégie de « stock picking » procédant à une sélection de valeurs à l'unité sur la base d'une batterie d'analyses de critères fondamentaux. « Dans la situation actuelle, nous privilégions les valeurs défensives non cycliques (santé, services aux collectivités locales, agroalimentaire) », indique Frédéric Rollin.

 

Dans un contexte de taux bas, d'autres parient sur les titres de sociétés gourmandes en capitaux (foncières) susceptibles de s'endetter pour pas cher. D'autres opérateurs, plus opportunistes, recommencent même à se positionner sur les marchés émergents qui, après une mauvaise passe, sembleraient aborder un nouveau cycle.

 

Prise sélective de bénéfices
 

Dans cet environnement, les opérateurs, de plus en plus sur la défensive, s'attendent à un retour à une Bourse chahutée. Par mesure de précaution, bon nombre de gérants de fonds et de gestionnaire de patrimoine ont décidé, il y a trois semaines, d'écrêter leurs positions. Certains l'avaient déjà fait en février. « Il est bon de toiletter les portefeuilles, de prendre ses plus-values sur des titres qui ont bien performé et bien profité de cette hausse », commente Patrick Ganansia. « Face aux trous d'air à venir, il convient même de baisser avec parcimonie l'exposition en actions afin de se constituer une poche de liquidités. Cette dernière sera utile pour revenir ou se renforcer dès la prochaine correction de marché », affirme Jean-Jacques Friedman, directeur des investissements chez Vega IM.

 

Pour lire l'article complet, cliquez ici

Ces articles pourraient vous intéresser.

 

>> Impôts : 2018, année blanche, rien à déclarer ! … en êtes-vous sûr?

 

>> Invest latitude Monde dans le top 5 du classement H24

 

>> Impôts : Les bonnes décisions à prendre au moment de la déclaration d'impôts

 

>> Faut-il choisir l’impôt sur les sociétés pour sa SCI ?

 

>> Diversification : sortez des sentiers battus

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

Please reload

Contact

50, bd Haussmann 75009 Paris

Tél.:  01 53 93 23 23 | www.cyrusconseil.fr

Vous souhaitez nous rejoindre ? 

Envoyez votre candidature spontanée

en cliquant ici 

Les données transmises par le biais de ce formulaire sont destinées à CYRUS CONSEIL, en sa qualité de responsable de traitement. Ces données sont traitées avec votre consentement aux fins de vous envoyer des actualités et informations relatives à la gestion de patrimoine et aux activités du groupe CYRUS CONSEIL. Vous pouvez vous opposer à leur traitement à tout moment. Vous pouvez consulter l'intégralité de notre politique de traitement de vos données personnelles sur notre page dédiée. Vous disposez d’un droit d'accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition pour motif légitime aux données personnelles vous concernant. Pour exercer l'un de ces droits, merci d’effectuer votre demande par e-mail à l'adresse suivante : service.juridique@cyrusconseil.fr ou par courrier postal en écrivant à : Cyrus Conseil, Service Juridique & Conformité, 50 boulevard Haussmann, 75009 PARIS.

*Champs obligatoire

Les données transmises par le biais de ce formulaire sont destinées à CYRUS CONSEIL, en sa qualité de responsable de traitement, aux fins de répondre à votre demande. Vous pouvez consulter l'intégralité de notre politique de traitement de vos données personnelles * sur notre page dédiée.​ Vous disposez d’un droit d'accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition pour motif légitime aux données personnelles vous concernant. Pour exercer l'un de ces droits, merci d’effectuer votre demande par e-mail à l'adresse suivante : service.juridique@cyrusconseil.fr ou par courrier postal en écrivant à : Cyrus Conseil, Service Juridique & Conformité, 50 boulevard Haussmann, 75009 PARIS.​

Les marques de tiers sont utilisées avec la permission de leurs détenteurs 

© 2020 Cyrus Conseil

CYRUS CONSEIL est le leader du conseil en gestion Privée, Gestion de Fortune et Family Office. Conseil en gestion de patrimoine, Cyrus Conseil vous accompagne dans la définition de votre stratégie patrimoniale, dans l’optimisation de votre fiscalité, dans le conseil de vos investissements financiers et immobiliers, dans la préparation de votre transmission.

MENTIONS LÉGALES