Assurance-vie : les promesses du capital-investissement

January 13, 2020

2019 est un tournant pour l'assurance-vie. Les premières annonces de rendement 2019 des fonds en euros sont encore en deçà de ce que tout le monde attendait : des taux de l'ordre de 1 %.

La moyenne devrait se situer au-dessus de ce seuil, mais les fonds en euros rapportent désormais à peine plus que le Livret A (0,75 % jusqu'au 31 janvier). Une chute inéluctable vu la baisse des rendements obligataires, qui représentent l'essentiel de l'actif des fonds en euros. Et côté assureur, il est bien difficile de sortir de la quadrature du cercle. La garantie du capital investi dans les fonds en euros freine les velléités de prises de risque, sources de rendement pour les assurés.

 

 [...]

Les nouveaux fonds éligibles

 

Des précisions étaient attendues sur la possibilité ouverte par la loi Pacte d'exposer les contrats d'assurance-vie en unités de compte (UC) aux fonds de capital-investissement. L'objectif de la loi était d'orienter l'épargne vers l'« économie réelle » et les petites entreprises. Le capital-investissement permet en effet d'investir dans des entreprises non cotées à la recherche de financement pour se développer.

 

Dans le détail, le décret publié le 15 novembre ouvre aux contrats d'assurance-vie en UC les fonds d'investissement alternatifs (FIA) dans lesquels on retrouve les fonds professionnels de capital-investissement (FPCI), qui doivent être constitués d'au moins 50 % de titres non cotés.

« Les FPCI, réputés risqués sont réservés aux investisseurs avertis ou professionnels qui ont la compétence et les moyens pour investir des sommes importantes », explique Laure Vasco, directrice Offres et Services chez Cyrus Conseil.

 

[...]

 

Les plafonds d'investissement

 

C'est pour contenir ce risque que la loi limitait jusqu'ici la part investie sur un fonds commun de placement à risque (FCPR), où peuvent se loger des titres non cotés, dans un contrat en UC à 10 % de la valeur totale du contrat d'assurance-vie. Le décret publié le 15 novembre fait sauter cette barrière en portant cette limite à 50 % de l'encours total du contrat. Mais pour prétendre au plafond de 50 %, il faut pouvoir mobiliser 100.000 euros au minimum dans un contrat. Sinon, c'est toujours le plafond de 10 % qui s'applique. Ces plafonds sont appréciés lors du versement d'une prime ou de la réalisation d'un arbitrage. Seuls les investisseurs considérés comme professionnel (détenant plus de 500.000 euros d'instruments financiers et ayant occupé pendant au moins un an un poste exigeant une connaissance des investissements financiers) ne sont pas concernés par ce plancher de 100.000 euros.

 

Ce type de placements est dès lors essentiellement dédié aux clients haut de gamme des conseillers en gestion de patrimoine ou des banques privées. Mais « cette ouverture va permettre à certains types de clients qui ne sont pas des investisseurs aguerris de mettre un premier pied dans le non-coté. La limite est cohérente, c'est un produit de gestion de long terme, l'objectif n'est pas d'y aller trop fort », commente Laure Vasco.

 

[...]

 

Les performances du private equity


Dans leur étude annuelle sur la performance nette des acteurs français du capital-investissement, France Invest et EY relèvent un rendement net de 11,2 % sur quinze ans et un niveau de performance stable autour de 10 % depuis 2014. « Année après année, le capital-investissement français se place au premier rang en termes de performance devant toutes les autres classes d'actifs de long terme », a commenté Dominique Gaillard, président de France Invest, lors de la sortie de l'étude.

 

Mais tous les segments du capital-investissement n'offrent pas la même performance. Dans l'étude, le capital-transmission est le segment qui affiche la meilleure progression sur quinze ans avec 15,2 %, contre 3 % pour le capital-innovation, et 6,3 % pour le capital-développement. Les fonds généralistes, eux, affichent un rendement de 11,4 %. Il faut donc veiller à diversifier son investissement dans plusieurs fonds de private equity. « C'est un relais de diversification, pour constituer une part importante de la poche rendement d'un contrat en assurance-vie », explique Laure Vasco.

 

Attention aux frais
Si les rendements du capital-investissement sont séduisants, il faut veiller à y soustraire les frais annuels moyens qui se situent entre 2,5 % et 4,5 %, les frais des FCPI et FIP conçus pour les particuliers étant généralement supérieurs à ceux des FPCI. A ces frais afférents aux UC, il faut encore ajouter ceux intrinsèques au contrat.

 

La liquidité des titres


Les fonds de private equity prélèvent des frais de sortie élevés au cours des premières années.

Une façon de dissuader l'investisseur de se désengager par anticipation, une durée de huit à dix ans étant nécessaire pour le débouclage des opérations.

Mais dans le cadre des contrats d'assurance-vie, l'assureur garantit la liquidité du fonds de private equity et, en cas de décès de l'assuré, les frais de sortie ne s'appliquent pas aux capitaux versés aux bénéficiaires désignés. Par ailleurs, ils peuvent aussi choisir de percevoir des titres, ce qui peut leur éviter de sortir lorsque la valeur liquidative des fonds est basse pour attendre une période plus favorable.

 

Cette option souligne les aléas auxquels est soumise cette classe d'actifs qui pourrait attirer des épargnants désireux de faire grimper des rendements à l'encéphalogramme de plus en plus plat.

 

 

Photo - Jean-Claude Moschetti/REA

 

Lire l'article dans Les Echos >>

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

Please reload

Contact

50, bd Haussmann 75009 Paris

Tél.:  01 53 93 23 23 | www.cyrusconseil.fr

Vous souhaitez nous rejoindre ? 

Envoyez votre candidature spontanée

en cliquant ici 

*Champs obligatoire

Les données transmises par le biais de ce formulaire sont destinées à CYRUS CONSEIL, en sa qualité de responsable de traitement, aux fins de répondre à votre demande. Vous pouvez consulter l'intégralité de notre politique de traitement de vos données personnelles * sur notre page dédiée.​ Vous disposez d’un droit d'accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition pour motif légitime aux données personnelles vous concernant. Pour exercer l'un de ces droits, merci d’effectuer votre demande par e-mail à l'adresse suivante : service.juridique@cyrusconseil.fr ou par courrier postal en écrivant à : Cyrus Conseil, Service Juridique & Conformité, 50 boulevard Haussmann, 75009 PARIS.​

Les données transmises par le biais de ce formulaire sont destinées à CYRUS CONSEIL, en sa qualité de responsable de traitement. Ces données sont traitées avec votre consentement aux fins de vous envoyer des actualités et informations relatives à la gestion de patrimoine et aux activités du groupe CYRUS CONSEIL. Vous pouvez vous opposer à leur traitement à tout moment. Vous pouvez consulter l'intégralité de notre politique de traitement de vos données personnelles sur notre page dédiée. Vous disposez d’un droit d'accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition pour motif légitime aux données personnelles vous concernant. Pour exercer l'un de ces droits, merci d’effectuer votre demande par e-mail à l'adresse suivante : service.juridique@cyrusconseil.fr ou par courrier postal en écrivant à : Cyrus Conseil, Service Juridique & Conformité, 50 boulevard Haussmann, 75009 PARIS.

Les marques de tiers sont utilisées avec la permission de leurs détenteurs 

© 2020 Cyrus Conseil

CYRUS CONSEIL est le leader du conseil en gestion Privée, Gestion de Fortune et Family Office. Conseil en gestion de patrimoine, Cyrus Conseil vous accompagne dans la définition de votre stratégie patrimoniale, dans l’optimisation de votre fiscalité, dans le conseil de vos investissements financiers et immobiliers, dans la préparation de votre transmission.

MENTIONS LÉGALES