Private equity : les mécanismes des deals en période de confinement

Bridgepoint Development Capital est l'un des rares sponsors du lower mid cap a avoir officialisé une prise de participation durant cette crise. L'investisseur est devenu actionnaire minoritaire de Cyrus, conseil en gestion de patrimoine, le 31 mars dernier. L'opération, beaucoup plus complexe que d'habitude puisqu'il fallait déjà s'assurer que le vendeur, l'acheteur et le prêteur étaient bien d'accord, s'est déroulée totalement en ligne.

Dans un premier temps, les parties avaient réfléchi à organiser un closing physique, en décalé, respectant les conditions de sécurité sanitaire. Le scénario était finalement trop compliqué à mettre en oeuvre. Elles auraient pu aussi attendre la fin du confinement, mais personne ne voulait s'exposer au risque que l'une d'entre elles change d'avis. La quarantaine de personnes présente a utilisé l'application Zoom - très prisée des télétravailleursdepuis le début du confinement - et Docusign pour la signature électronique. « C'était une grande première. Ce closing a été très fluide, plus courts que ceux plus traditionnels », témoigne Grégoire Andrieux, avocat de Bridgepoint Development Capital.

Les organisateurs craignaient des difficultés techniques dues à la capacité de connexion internet individuelle, mais la contrainte principale s'est avérée être le fait que tous les documents étaient horodatés. « Il a fallu tenir l'ordre chronologique des documents ce qui demande plus de préparation et un mémo de closing plus préparé », détaille l'avocat. Il a fallu aussi attendre que chaque signataire - une vingtaine au total - paraphe un par un les documents après réception effective des e-mails d'authentification et de validation des signatures. « Tout le monde était concentré sur la signature des documents. C'est l'avantage des closing virtuels », ajoute Grégoire Andrieux. Attention, cependant, à la confidentialité des échanges, pas toujours assurée par des outils de visioconférence en ligne.


<<Lire le reste de l'article sur LesEchos.fr>>