La finance pas si rationnelle qu’on pourrait le penser

November 5, 2019

Comment investissez-vous ? Plus de psychologie que de rationnel...

 

 

La finance dite comportementale apporte un éclairage prépondérant sur le rôle de la psychologie humaine, et marque une rupture avec la théorie de l’Homo économicus, être rationnel et cartésien, capable de choix optimisés.

 

Il faut s’y résoudre, nos décisions sont très largement impactées par nos émotions et un ensemble de routines, erreurs et raccourcis mentaux, bien souvent « à l’insu de notre plein gré ». Notre rationalité n’est donc que limitée, voire très limitée !

 

Ces biais, largement partagés, se nomment par exemple le biais de confirmation qui nous fait sélectionner inconsciemment les informations qui viennent conforter un comportement primaire ou un préjugé (les optimistes écoutent les optimistes et les pessimistes ……) et explique pourquoi il peut être très difficile de changer d’avis. Remettre en question ce que nous pensons n’est pas naturel chez l’investisseur  !

Notre avis s’est souvent construit sur une analyse limitée, à partir d’une base de connaissances souvent superficielles, avec quelques exemples que nous ne pouvons pas généraliser et des informations « spectaculaires » des médias (comme pour les krachs financiers et beaucoup moins pour les hausses régulières). Bref, tout ce qui est visible et facilement accessible et qui marque les esprits. Il s’agit ici du biais de disponibilité, ou machine à tirer des conclusions hâtives !

 

Pour compléter cette approche rapide, nous sommes beaucoup plus impacter par le « déplaisir » de perdre que par le plaisir de gagner, ou autrement formulé  « je déteste plus perdre que je n’aime gagner » !  Cette tendance peut entrainer des réactions émotionnelles et contreproductives lors des inévitables fluctuations qui depuis toujours rythment la vie des marchés financiers. C’est le biais d’aversion à la perte -même temporaire- (et plus largement à la dépossession).

 

Sans oublier que nous semblons privilégier les visions courts termistes. Le long terme, c’est dans longtemps ! Nous sommes plus guidés par l’impact émotionnel immédiat de plaisir et de gains que par des perspectives à long terme de richesse ou d’utilité (c’est la raison pour laquelle il est bien difficile de s’arrêter de fumer ou d’agir pour le climat).  C’est le biais du temps présent. Combiné avec le biais précédent de l’aversion à la perte, nous comprenons pourquoi il est difficile d’accepter de perdre aujourd’hui pour gagner demain !

 

De plus nous sommes très sensibles aux consensus, pensées dominantes, phénomènes de modes qui peuvent parfois faire taire nos propres convictions. Ils expliquent certains flux d’un pays, ou d’un secteur économique, à l’autre et des mouvements de vente panique. C’est le biais de conformité. D’où l’adage d’un célèbre gérant, John Templeton: « ne suivez jamais la foule ».

 

D’autres biais existent comme le biais rétrospectif où rétrospectivement tout fait sens, tout devient limpide et évident :  « je vous l’avais dit » ou « vous auriez pu le prévoir ». Sauf que justement notre monde aujourd’hui semble bien imprévisible !

 

Aux biais des investisseurs s’ajoutent les biais des conseillers patrimoniaux globaux et des gérants eux-mêmes. C’est simplement humain ! La finance n’est pas une science...

 

S’il s’avère difficile de les combattre, nous pouvons rappeler quelques principes – antidotes - applicables à votre gestion financière :

 

•           Privilégier une gestion pilotée pour vous protéger des émotions

•           Viser un horizon de temps suffisant pour la gestion actions où le temps long (15 ans) tue le risque

•           Assumer les fluctuations sur une frange définie de votre patrimoine

•       Mettre en place une approche globale de vos investissements et vous imposer une diversification des familles d’investissements (immobilier, financier, non coté, placements liquides).

Vous échapperez ainsi à quelques biais évoqués succinctement ci-dessus et pourrez aborder avec plus de sérénité vos investissements patrimoniaux.

 

Ces articles pourraient vous intéresser.

 

>> Interview de Meyer Azogui pour Club Patrimoine

 

>> Du jamais vu sur les taux... empruntez sans douleur !

 

>> L'apport Cession : "Une stratégie efficace conditions"

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

Please reload

Contact

50, bd Haussmann 75009 Paris

Tél.:  01 53 93 23 23 | www.cyrusconseil.fr

Vous souhaitez nous rejoindre ? 

Envoyez votre candidature spontanée

en cliquant ici 

Les données transmises par le biais de ce formulaire sont destinées à CYRUS CONSEIL, en sa qualité de responsable de traitement, aux fins de répondre à votre demande. Vous pouvez consulter l'intégralité de notre politique de traitement de vos données personnelles * sur notre page dédiée.​

Vous disposez d’un droit d'accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition pour motif légitime aux données personnelles vous concernant. Pour exercer l'un de ces droits, merci d’effectuer votre demande par e-mail à l'adresse suivante : service.juridique@cyrusconseil.fr ou par courrier postal en écrivant à : Cyrus Conseil, Service Juridique & Conformité, 50 boulevard Haussmann, 75009 PARIS.​

Les marques de tiers sont utilisées avec la permission de leurs détenteurs 

© 2019 Cyrus Conseil

CYRUS CONSEIL est le leader du conseil en gestion Privée, Gestion de Fortune et Family Office. Conseil en gestion de patrimoine, Cyrus Conseil vous accompagne dans la définition de votre stratégie patrimoniale, dans l’optimisation de votre fiscalité, dans le conseil de vos investissements financiers et immobiliers, dans la préparation de votre transmission.

MENTIONS LÉGALES